Les rapports entre « littérature majeure » et « littérature mineure » : marginalisation, intégration, mélange (Etudes germaniques et scandinaves / Littérature comparée)

Selon les critères d’évaluation traditionnels de la critique littéraire, certains genres, qualifiés de mineurs et parfois regroupés sous la dénomination de paralittérature, de littérature populaire, ou bien, en allemand, de Trivialliteratur – sans que ces termes soient parfaitement synonymes –, occupent une position marginale dans le domaine de la littérature, ce qui, dans les pratiques sociales, se traduit par le fait qu’ils n’apparaissent guère dans les programmes scolaires et universitaires, ou alors davantage comme documents socioculturels qu’en tant que créations littéraires, et que leur consommation a longtemps été attribuée exclusivement aux couches sociales inférieures, censées être dépourvues de culture.

Cependant, la « grande » littérature n’a été à aucun moment complètement coupée de ce type de production et s’en est même fréquemment inspirée. On observe ainsi, dans l’histoire littéraire, l’alternance de mouvements de rapprochement et de fécondation mutuelle (et par conséquent de valorisation du genre marginal), et de mouvements d’éloignement marqués, de la part de la « grande » littérature, de condescendance, voire de mépris à l’égard du genre mineur. Cela signifie, pour celui-ci, la possibilité de sortir parfois – dans une certaine mesure – de sa marginalité, et le risque de se voir ensuite, pour des raisons qu’il conviendrait d’analyser, renvoyé dans la marge.

On notera cependant la relativité de cette position marginale, qui dépend du point de vue de l’observateur : ce qu’un regard élitaire perçoit comme marginal peut selon des critères économiques (« consommation »), mais aussi socioculturels (l’influence exercée sur certains groupes de population) être d’une importance capitale. En outre, nombre de critiques mettent aujourd’hui en doute la notion de valeur esthétique, de sorte que l’on peut s’interroger sur la place qu’occupe encore le regard élitaire. Elle est très certainement plus restreinte que jadis du fait de la large reconnaissance des genres mineurs, y compris par des intellectuels – à noter toutefois que dans ce cas le phénomène de la « réception ironique » doit être pris en considération.

Le colloque prévoit de mener une réflexion approfondie non seulement sur la coexistence et la concurrence des deux littératures, mais aussi et surtout sur leurs mouvements de rapprochement et d’éloignement et sur l’intégration ou la relégation des genres mineurs. Il faudra notamment examiner la nature même de la frontière séparant les deux types de productions, ses déplacements au fil du temps et en fonction des observateurs, c’est-à-dire des publics qui perçoivent cette frontière et qui, en la percevant, la constituent.

Le regard porté par l’observateur non allemand sur la littérature de langue allemande sera d’un intérêt tout particulier pour la germanistique hors des territoires germanophones (Auslandsgermanistik). La réception de la littérature mineure est-elle différente à l’étranger ? En recourant à la terminologie systémique, on peut se demander si l’intégration d’un texte dans un « système littéraire » étranger et la refonctionnalisation qui en résulte va, ou peut aller de pair avec une revalorisation, ou du moins, une réévaluation esthétique. De ce point de vue, il est tout à fait possible d’intégrer les problématiques de l’interculturalité dans la thématique de ce colloque.

Exemples d’autres thèmes de recherches possibles :

Etude du sujet proposé en fonction de différentes approches théoriques :

– L’analyse bourdieusienne du „champ littéraire“ et des stratégies socioculturelles de marginalisation

– La théorie systémique et son analyse des relations entre système et environnement, ou entre systèmes différents

– La théorie postcoloniale et sa description de l’hybridité
Incidences des changements de medium, par exemple :

– Adaptations cinématographiques de textes littéraires

– Adaptations musicales (livrets d’opéras, textes de chansons, etc.)
Etude de différents courants littéraires et de leurs relations avec les genres mineurs, par exemple :

– Le Sturm und Drang et le romantisme dans leur rapport à la poésie populaire

– Les tentatives faites par les romanciers de la Nouvelle Objectivité pour se rapprocher de la littérature populaire

– La « littérature pop »

– La littérature postmoderne

– Reconstitution historique et comparative des modifications des relations entre la grande littérature et la littérature mineure : A quel moment ces modifications se sont-elles produites dans l’espace germanophone et dans les autres espaces linguistiques? Comment les reconfigurations temporelles et/ou les différences culturelles peuvent-elles s’expliquer?

– Présentation d’auteurs et d’oeuvres particulières dans l’optique d’un réexamen de leur classement dans la grande littérature ou dans la littérature mineure.
Les interventions, de 30 minutes environ, porteront sur le domaine des études germaniques, ainsi que, conformément au profil du Département d’Etudes Germaniques et Scandinaves de Nancy, sur celui des études scandinaves. La langue de travail sera l’allemand. Les interventions relatives au domaine scandinave peuvent également être faites en anglais. Les propositions de contributions (de 250 à 500 mots) seront accompagnées d’un bref CV et envoyées, au plus tard le 31/3/2013, aux trois organisateurs :

Dr. Konrad Harrer (Université de Lorraine / Nancy) : konrad.harrer [at] univ-lorraine.fr
Prof. Dr. Annie Bourguignon (Université de Lorraine / Nancy) : annie.bourguignon [at] univ-lorraine.fr
Prof. Dr. Franz Hintereder-Emde (Université de Yamaguchi) : emde [at] yamaguchi-u.ac.jp

La publication des actes est prévue. La réservation et la prise en charge financière du logement sont assurées par les organisateurs. Les frais de voyage et d’inscription (environ 40 €) seront, sauf avis contraire, à la charge des participants.

La seconde partie du double colloque est prévue pour l’automne 2014 à l’université de Yamaguchi. Elle portera essentiellement sur la dimension interculturelle du sujet. Cette seconde partie s’ouvrira ainsi au comparatisme et à la traductologie. Des propositions de sujets dans ces domaines peuvent être envoyées dès maintenant; un appel à contributions spécifique pour la seconde partie du colloque sera toutefois lancé fin 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s